Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Depuis deux mois, l'association D ICI OU D AILLEURS Rennes, encadrée par des bénévoles, donnent des cours de Français à destination de personnes en demande d'asile à l'Hôtel Pasteur.

Trois fois par semaine, ils s'installent dans les anciennes salles de classes de la faculté dentaire.

Ci dessous, un article retraçant leur initiative par Rennes Métropole:

Le b.a.-ba du français pour des migrants

17/06/2016

- Mis à jour le mardi 21 juin 2016

Depuis quelques semaines, l'association " D'ici et d'ailleurs" propose des cours de français aux demandeurs d'asile, à l'Hôtel à projets Pasteur. En toute simplicité.

Abdou et Umran, 20 ans, sont deux Afghans de 20 ans installés dans le centre d'accueil Coallia à Rennes. Ils sont arrivés là un peu par hasard, après des mois de routes, un passage par Calais puis par Lorient… Ils cherchent à s'intégrer bien sûr, mais surtout, dans un premier temps, à se faire comprendre. Pas facile lorsque l'on ne maîtrise pas ou très peu la langue.

Murielle est une jeune femme qui souhaite aider les autres. « J'ai commencé à m'investir cet hiver dans le camp de migrant à Calais, avec l'association Utopia 56» explique-t-elle. Revenue à Rennes, l'infirmière a créé une association, «d'ici et d'ailleurs », pour donner des cours de français, bénévolement et sans engagement, à des migrants. Depuis, avec d'autres bénévoles, elle s'improvise prof de français trois fois par semaine, à Pasteur. Comme elle, ils sont une quinzaine à se mobiliser pendant ce mois de juin, dans une ambiance détendue, où la relation humaine prime sur les méthodes académiques.

Célia et Guillaume sont de la partie pendant une heure ce lundi après-midi. Célia, très souriante s'évertue à épeler toutes les consonnes de l'alphabet à Abdoul. « R et i, ça fait ri…comme du "riz". Tu comprends le riz ? Tu en as fait l'autre jour ». Abdou semble hésiter… C'est là que Guillaume intervient avec son smartphone pour dégoter une image illustrant le fameux mot. Sourire d'Abddoul, qui le répète pour se l'approprier. « Et c'était très bon » complète Célia.

Des niveaux très différents

L'ambiance est bonne et les bénévoles bienveillants. D'autant qu'ils sont, cette fois ci, trois professeurs pour trois apprenants. L'idéal pour ces jeunes Afghans, dont le niveau est très hétérogène. « Nous faisons face à des personnes d'âges et de milieux très différents, explique Murielle. Certains maîtrisent l'anglais, savent écrire leur langue mais pas tous …» Alors comment fait-on quand il faut partir de zéro ? « On est allé chercher des idées sur internet, j'ai emmené mon dico et on utilise des cahiers de vacances pour proposer des exercices…»

Après le cours, Umran et Abdoul profitent un peu du Wifi disponible à Pasteur en attendant que Murielle les ramène au centre d'accueil. Toujours avec le sourire.

F.LN

Rennes D'ici ou d'ailleurs - cours de français pour les demandeurs d'asile

Partager cet article

Repost 0